Selon la mythologie grecque, Athos, un géant de Thrace, lança un jour un énorme rocher à la face du dieu Poséidon. Il manqua sa cible et le rocher tomba à la mer formant une montagne que l’on nomma Athos.

 

Les premiers occupants du Mont Athos sont venus de l’Ile d’Andros et de l’Ile de Lemnos toutes proches. Au Vème siècle avant JC, Xerxès, roi de Perse, ordonna que l’on creuse un canal pour que sa flotte n’ait pas à contourner le Mont Athos. Le canal avait une longueur de 1,5 mille, 100 pieds de large et seulement 12 pieds de profondeur. Mais l’entreprise n’a pu être menée à bien en raison de la dureté du granit de la montagne. Les vaisseaux de Xerxès prirent finalement une autre route vers le Sud pour aller combattre aux Thermopyles et à Salamine où elles ont été défaites par les grecs d’Athène. Mais, bien qu’inachevé, ce canal a eu pour effet d’isoler le continent de la péninsule qui est  peu à peu tombée dans l’oubli.

 

Alexandre le Grand se rendit au Mont Athos où on lui proposa de sculpter son effigie au sommet de la montagne, mais l’opération ne fut jamais réalisée.

 

Plus tard l’Apôtre Jean, se rendant à Chypre en compagnie de la Vierge Marie, fut détourné vers le Mont Athos. Marie impressionnée par la sérénité des lieux demanda à son fils de lui réserver ce somptueux jardin. Le mont Athos devint le jardin de Marie qui fut la seule femme jamais admise dans la péninsule.

 

Quelque trois siècles plus tard, l’Empereur Constantin songe à installer la capitale de son Empire au Mont Athos. Mais respectueux de la tradition, il renonça à son projet pour finalement choisir Byzance. Le Mont Athos resta désert, bien que certaines légendes mentionnent la présence d’ermites dès le III ème siècle après JC. La présence de moines est attestée dès le VII ème siècle après JC. Le premier ermite paraît avoir été Pierre d’Athos, ancien officier de l’armée byzantine qui passa trente années enfermé dans une caverne.

 

L’Empereur Basile le Premier (867-886) reconnait officiellement le statut du Mont Athos et le consacre aux moines et à la prière, d’où le nom de Agion Oros (Montagne sacrée).

 

Un siècle plus tard Athanasios de Trapezounta s’établit au Mont Athos et fonde le monastère de Lavra qui existe toujours.

 

Par la suite, au fil des ans, le Mont Athos connait bien des vicissitudes,victime des assauts des pirates et des conquérants qui cherchent à mettre la main sur les richesses accumulées par les moines.  Les périodes heureuses et les périodes de désolations se  succèdent. Des monastères sont fondés, tandis que d’autres sont désertés. Mais le Mont Athos, avec l’appui de l’Empereur de Constantinople surmonta toutes ces épreuves, y compris les quatre siècles d’occupation turque.

 

Le Mont Athos compte actuellement vingt monastères principaux, sans compter les ermitages de moindre importance et environ deux mille moines qui y résident en permanence.  Il est actuellement en plein renouveau, les vieux bâtiments des monastères sont l’objet d’opérations de rénovation de grande envergure, la production artistique reprend et le nombre des moines est en augmentation.

 

 

 

 

 

Histoire

Telephone: +30 697 89 85 630, Email: info@visitmountathos.eu